Repas de Noël en entreprise : on tente le fait-maison ?

Repas de Noël en entreprise : on tente le fait-maison ?

La meilleure façon de faire plaisir, c’est de faire à manger ! Mais si Noël rime avec opulence, comment faire simple tout en restant dans son budget ? Que vous souhaitiez organiser un goûter, un cocktail ou un véritable repas, voici nos petites astuces pour faire vivre l’esprit des fêtes sans trop se casser la tête.

     

Pour un goûter

La période de Noël n’est pas réputée pour être particulièrement diététique. L’important, c’est le plaisir ! Ainsi, quantité de sucreries sont associées à cette période de l’année. On pense bien sûr au pain d’épices, au sucre d’orge, aux chocolats… Tout aussi connus : les bredeles et les manneles (prononcez à l’alsacienne, « brédeuleuh » et « maneuleuh »). Les premiers sont des biscuits secs, souvent aromatisés à cannelle et aux fruits confits ; les seconds sont de petites brioches en formes de bonshommes. Le tout s’accompagne, traditionnellement, du thé de Noël, dont les variantes existent par dizaines, mais contiennent en général des écorces d’orange, de la cannelle, des amandes, de la cerise, de la vanille… 

Quand faudra-t-il offrir ces sucreries ? Certaines entreprises les proposeront en continue sur une période plus ou moins longue ; par exemple, sur les deux dernières semaines de décembre. D’autres choisiront d’organiser un, voir plusieurs goûters, de manière ponctuelle et bien délimitée. Enfin, il n’est pas rare de proposer ces sucreries lors d’un événement appelé « Arbre de Noël », et qui concerne avant tout les enfants des salariés (nous avions abordé ce sujet dans un précédent article).

 

Pour un cocktail

Place aux choses sérieuses. Pour la fin d’année, vous souhaitez faire plaisir à vos collaborateurs en leur proposant une petite soirée, que ce soit dans les bureaux, ou dans un lieu spécifiquement loué pour l’occasion. Qu’allez-vous donc leur servir ?

Dans une gamme de prix élevé, on pense bien sûr à tous les incontournables de Noël : saumon, foie gras, pain surprise, huîtres, et cetera. Pour faire des économies, par contre, il va falloir ruser, en appliquant ce principe fondamental : tout ce qui prend la forme d’un sapin fait une parfaite recette de Noël. La preuve ?

Côté boissons, ceux qui cherchent à faire des économies pourront se rabattre sur l’éternel (mais toujours apprécié) verre de vin chaud. Sachez également que Noël est une source d’inspiration pour les cocktailiers de par le monde. Ainsi, vous trouverez sur Internet quantité de recettes évoquant les fêtes, grâce à leur aspect, ou grâce à leurs saveurs : agrumes, épices, chocolat… L’idée la plus étonnante ? Le shooter « huître – champagne » ! 

 

Pour un dîner

Difficile de faire un dîner à petit prix quand Noël est justement la fête où, traditionnellement, on mange les produits rares et chers que l’on ne mange pas le reste de l’année… Quoique ? Avec un peu d’astuce, on peut faire illusion. Quelques exemples de recette qui font leur effet pour presque pas un sou :

  • Le risotto champignons, noisettes, avec juste un peu de foie gras fondu dans la sauce.
  • La quiche aux Saint-Jacques.
  • Le confit de canard.
  • La blanquette de poulet (trois fois moins cher que les volailles de saison).
  • La « fausse » mousse de foie gras (en fait, du foie de poulet).

Enfin, pour l’heure du dessert, il y bien sûr la fameuse bûche, glacée, ou sous forme de gâteau. Mais il n’est pas interdit de s’aventurer sur des terrains plus originaux avec, par exemple, une crème brûlée aux épices, des fruits déguisés (en fait, de la pâte d’amande), ou encore un Beerawecka, ce gâteau d’alsace peu présentable mais fort goûtu que connaissent encore certaines grand-mères… Et même, pourquoi pas, généraliser la tradition provençale des treize desserts ?

  

Et si le « fait-maison » devient trop compliqué…

Les avantages du fait-maison sont bien connus : moins cher, plus convivial, unique en son genre… Il est particulièrement adapté pour les start-up et les petites PME. 

Par contre, au delà de 50 salariés, la mission s’avère plus périlleuse… Il faudra sûrement faire appel à un traiteur ! Il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. Selon le menu désiré, le prix d’un repas-traiteur peut varier d’un facteur dix. Pour s’en rendre compte, et vous donner quelques idées, nous avons fait des devis auprès de deux partenaires très différents…

Menu de Noël chez Kaspia – 535€ par personne

  • Canapés
  • Saumon fumé norvégien et blinis
  • Dégustation de trois caviars (90 grammes en tout)
  • Chambord chocolat ou praline
  • Champagne brut ou carafon de Vodka

 

Buffet de Noël chez Vélo du Soir – 50€ par personne environ

  • Brochettes de Noël
  • Bouchées de cake salé
  • Grandes verrines de Noël (Saint Jacques, Saumon, etc.)
  • Bouchées gourmande froides et chaudes
  • Timbaline chaude (canard au miel et risotto)
  • Assortiment de pièces sucrées, macarons, chocolats de Noël
  • Sélection de vins

Alors, traiteur chic, traiteur cool, ou repas fait-maison ? À vous de juger !

Benjamin Stock

Rédacteur chez Kactus depuis juillet 2018.

Article Suivant :

7 astuces pour mettre une ambiance de Noël au bureau

7 astuces pour mettre une ambiance de Noël au bureau